Réflexions de Septembre

Écoutez les réflexions de Septembre du Dr Nkechi Olalere, Directeur Exécutif, Centre de Ressources pour les Achats Strategiques en Afrique (SPARC)

Bienvenue à ce nouvel épisode du SPARC Réflexions. Nous avons passé le mois de SPARC à réfléchir sur les messages clés que nous avons entendus lors de nos engagements virtuels d’avril 2020 sur le COVID-19. Nous avons exploré l’utilité de l’achat stratégique, y compris ses facilitateurs, en tant que concept en temps de guerre.

Voici les principales leçons et réflexions qui en découlent :

En principe, la planification d’une riposte à une pandémie devrait commencer bien avant qu’elle ne se produise ou, si cela n’a pas été fait, elle devrait être une riposte rationnelle à la situation au fur et à mesure que la pandémie se développe. Indépendamment du moment où la planification est effectuée, une structure de gouvernance en cas de pandémie est essentielle car les situations changent rapidement pendant les pandémies et les gouvernements doivent être capables de réagir rapidement. Il convient d’intégrer des plans de gouvernance flexible dans les plans de préparation aux pandémies afin de permettre une prise de décision rapide et efficace, tout en laissant une marge de manœuvre pour la responsabilisation grâce à des rapports financiers adéquats, etc. Cela requiert un processus flexible de gestion des finances publiques pour répondre aux pivots et aux décisions de réaffectation qui doivent être prises, et ce, dans des délais très courts. Nous avons vu différents niveaux de réactions de la part des différents pays, mais l’une des principales préoccupations qui a été soulevée est celle de la responsabilité ou de l’absence de responsabilité. Bien que les pays aient pris des mesures différentes pour résoudre ce problème, par exemple en publiant les contrats et les fonds reçus sur des sites web, en organisant des réunions d’information fréquentes, en publiant des rapports, etc.  Comme étape vers plus de transparence, le mécanisme africain d’évaluation par les pairs de l’UA recommande la mise en place de mécanismes de responsabilité pour la prise de décision en cas de catastrophe, y compris l’utilisation des finances publiques consacrées aux urgences créées par les catastrophes.

Avec le COVID-19, nous avons constaté que les pays qui percevaient encore des frais d’utilisation les suspendaient afin d’encourager l’utilisation des services pour la COVID-19 et ces mesures ont été largement couronnées de succès. Dans le cadre de l’évolution vers la CSU, les frais d’utilisation ne sont pas bien définis. Le COVID-19 offre-t-elle une occasion de passer de la rhétorique à l’action et de garantir que tous les individus ont réellement accès aux soins dont ils ont besoin sans subir des difficultés financières ? Ou s’agit-il d’une autre occasion manquée, avec d’autres éléments du même genre ? Le temps nous le dira. 

Pour la plupart, les pays ont intégré les services de la riposte au COVID-19 dans leur plan budgétaire pour la santé existant et ont élargi le dispositif pour accueillir davantage de services au fur et à mesure que les preuves devenaient disponibles. Par exemple, au Bénin, le plan budgétaire pour la santé dans le cadre du COVID-19 a été élargi pour tenir compte des affections comorbides (qui étaient initialement exclues) lorsque des données ont montré que chez un patient dont le test de dépistage du virus était positif, ces affections entraînaient un pronostic plus défavorable. Cette situation est encourageante et me pousse à me demander si cela sera institutionnalisé à l’avenir ? L’inclusion de services sur le HBP sur la base de preuves… et bien sûr, en garantissant le financement des services sur le HBP. Il s’agira d’une étape clé dans la trajectoire vers la CSU!   

La pandémie a révélé que le secteur public n’avait pas la capacité de gérer seul la pandémie et qu’il était donc nécessaire de faire appel au secteur privé. Mais bien que le secteur privé ait soutenu la génération de revenus pour la pandémie, son rôle dans la prestation de services n’était pas bien défini – la plupart du temps, le privé attendait dans les coulisses que le gouvernement lui “lance quelque chose” et d’autres fois, le privé servait de fourre-tout pour les services qui passaient entre les mailles du filet du secteur public.

Ce rôle “fourre-tout” a été utile pour assurer la continuité des services de soins de santé primaires, mais il n’est pas durable non seulement en raison des frais d’utilisation associés à ce service dans les établissements privés, mais aussi parce que les politiques, la législation, les lignes directrices et les stratégies nécessaires pour faire participer le secteur privé ne sont pas bien développées dans les pays

Nous avons toujours su que les incitations jouaient un rôle dans la performance des prestataires et la pandémie l’a encore confirmé. Dans certains pays, les travailleurs de la santé qui ont reçu une somme forfaitaire et qui ont été spécifiquement mobilisés pour faire face à la pandémie ont été plus efficaces que ceux qui ont perçu leur salaire. À l’avenir, il faudra espérer que cela offre l’occasion de mener des discussions ouvertes et transparentes sur les incitations présentées par les différents mécanismes de paiement des prestataires et sur la manière dont elles soutiennent (ou non) la réalisation des objectifs du système de santé

L’approche globale du gouvernement et de la société, la coordination des parties prenantes et la gestion de l’information pendant une pandémie sont essentielles. Peut-être même qu’aucune situation n’appelle davantage un effort coordonné de plusieurs parties prenantes comme une pandémie.

La communication avec les organismes mondiaux et régionaux, ainsi qu’avec d’autres pays confrontés au même défi, permet de partager des informations et de coordonner les ripostes. La collecte et l’analyse de ces informations permettent de créer une base de données qui serait utile pour suivre et quantifier les coûts, comprendre les mesures efficaces par rapport au coût et l’impact économique de la pandémie, les avantages et les coûts des efforts d’atténuation, etc. Bien que cette approche régionale et mondiale n’ait pas été pleinement exploitée dans le cadre de la riposte au COVID-19,                       il faut espérer que les enseignements tirés de cette pandémie en ont fait un cas.

La coordination des informations entre les ministères concernés et l’exploration des données dans le pays fournissent des possibilités de coordonner la riposte, de suivre les patients et de modifier les protocoles de traitement à mesure que de nouvelles preuves sont disponibles. Lorsque les systèmes d’information sont fragmentés, comme c’est le cas dans la plupart des pays africains, les efforts visant à utiliser les bases de données existantes doivent être prioritaires tout en travaillant sur un plan d’intégration à long terme, comme nous l’avons observé au Ghana.

La sensibilisation des communautés et la diffusion d’informations au public sont essentielles et doivent reposer sur une base de confiance. La bonne information fournie à une population confiante contribue à endiguer la marée de la pandémie, fournit un niveau supplémentaire de responsabilité mais aussi aide à prévenir la désinformation et la panique.

Nous pourrions continuer avec tout ce que nous avons appris des pays avec lesquels nous nous sommes engagés, mais ce sont là nos principaux points forts. Qu’avez-vous entendu de nos SPARCchats ou de votre pays ? Faites-nous part de votre expérience, de vos réflexions et de vos commentaires. Nous sommes heureux de recevoir vos commentaires.

Réflexions de Septembre

Join the discussion

Scroll to top