Réflexions d’août 2021

“Si nous disposons de données, examinons-les. Si nous n’avons que des opinions, partageons la mienne.”

Cette fameuse citation de Jim Barksdale, l’ancien PDG de Netscape, m’a récemment été rappelée lors d’une discussion sur le suivi des cycles rapides. Cette citation m’a fait penser à deux choses:

Tout d’abord, elle représente la justification et l’importance du travail que le SPARC réalise avec sa communauté de partenaires, en faisant progressivement passer les discussions sur l’achat stratégique de la périphérie (anecdotes et opinions) aux discussions sur le financement de la santé, y compris le travail important d’établir les bases de connaissances et de preuves autour de ce concept. Avec plus de connaissances et de preuves, les décideurs politiques auront accès à des outils pratiques et à des informations sur ce qui fonctionne, quand et pourquoi, ce qui les incitera à dépenser leur capital politique pour renforcer la capacité d’achat stratégique (dispositions de gouvernance, fonctions, systèmes opérationnels et politiques), comme décrit dans notre théorie du changement. Des systèmes opérationnels plus solides impliquent, entre autres, de meilleurs systèmes d’information et de flux de données. La disponibilité de données de qualité au meilleur moment, sous l’impulsion des dirigeants, peut potentiellement contribuer à créer une culture de l’utilisation des données et une mentalité partagée par les institutions d’achat qui reconnaissent l’importance des données dans la prise de décisions d’achat. Il en résultera une situation dans laquelle les décideurs politiques demanderont et utiliseront régulièrement des données pour prendre ces décisions difficiles concernant les services prioritaires à acheter, à qui les acheter et comment payer les fournisseurs pour la prestation de services, en utilisant les fonds très limités (et encore plus limités par la pandémie) qui sont à leur disposition.

D’un autre côté, cette citation me rappelle également les raisons pour lesquelles les opinions et les intuitions, plutôt que les données, semblent souvent être les principaux moteurs de la prise de décision. C’est parce que les données nécessaires à une prise de décision opportune et efficace ne sont pas disponibles, en raison de problèmes liés aux données elles-mêmes (par exemple, des ensembles de données mal définis et non disponibles, des données de mauvaise qualité, mal analysées et mal communiquées, etc.), de problèmes liés aux boucles de rétroaction pour l’utilisation des données (par exemple, les données générées ne sont pas utilisées pour vérifier les solutions, renforcer les boucles de rétroaction, itérer et s’adapter) et de problèmes liés à la gestion de l’utilisation des données. Il s’agit là d’un excellent domaine à explorer dans le cadre de nos travaux futurs, car nous continuons à aider les gouvernements à utiliser plus délibérément les données dans la prise de décisions d’achat.

Au niveau personnel, il y a deux ans, je suis arrivée au Kenya pour continuer l’excellent travail que le SPARC avait déjà commencé sur le continent, en aidant les pays à optimiser l’utilisation de ressources limitées dans leur parcours vers la couverture sanitaire universelle. Je suis heureuse que depuis deux ans que je travaille ici, nous ayons pu amplifier ce message, en faisant passer l’achat stratégique d’un concept abstrait à un terme quotidien et pertinent qui aide les pays à prendre de meilleures décisions d’achat. Nous avons également mis en place les mécanismes du SPARC en tant qu’institution.
Le temps est à présent venu de tourner la page – ouvrant la voie à la prochaine phase de progrès du SPARC et au passage à une nouvelle étape pour moi.

Je vous remercie tous pour votre soutien, individuel et collectif, tout au long de ce chemin parcouru par le SPARC, et plus particulièrement pendant mon mandat. Je serai toujours reconnaissante pour les amitiés nouées et les nouvelles relations établies.

Mon dernier jour au SPARC sera le 31 août. Je n’ai aucun doute que nous nous reverrons tous bientôt. D’ici là, n’hésitez pas à me contacter sur mon adresse mail personnelle.

Au moment où je termine mon mandat au SPARC, je me rappelle que le SPARC a lancé un mouvement – un mouvement qui inclut tout le monde y compris vous et moi-même- pour continuer à discuter de la meilleure façon d’utiliser des ressources limitées, surtout en ces temps difficiles où les espaces fiscaux sont encore plus restreints dans les pays qui jonglent avec toutes les priorités à l’intérieur et à l’extérieur du secteur de la santé. Votre voix est donc nécessaire maintenant, plus que jamais. Mettez-la à profit et continuez à stimuler le changement !

A bientot!

Réflexions d’août 2021

Join the discussion

Scroll to top